18/05/2017

L’ambassadrice en herbe du LFM à Paris

 

Le 10,11 mai à Paris, les Ambassadeurs en herbe se sont retrouvés pour la finale mondiale inter Zone.

 

 

Sélectionné lors de la finale régionale du 6 avril dernier, et accompagnée par Mme Ortiz, professeur d’histoire-géographie, Alexandra Mac-Farlane, élève de 2nd C au LFM, nous raconte ces 3 jours.

 

 

 

J’ai eu La chance de participer, du 9 au 11 mai, à la finale des Ambassadeurs en herbe à Paris. Devant un public de choix (M. Bouchard, Directeur de l’AEFE; Denis Massiglia, Président du Comité National Olympique Pour le sport français…), 50 jeunes venus du monde entier ont du débattre sur les valeurs de l’olympisme, c’est à dire l’excellence, l’amitié et le respect, et ce par le prisme de plusieurs thèmes. Mon thème était « l’olympisme dans la culture et l’éducation », et j’ai été très heureuse de débattre sur ce sujet car il nous touche au quotidien. La nouveauté au règlement de cette année est que les jouteurs, divisés en deux équipes, ont du prendre parti sur un postulat afin de défendre un avis (« Pour » ou « Contre ») et convaincre le public. La difficulté résidait dans le fait que les élèves n’étaient pas forcément d’accord avec la position qu’ils défendaient, mais devaient cependant trouver des arguments pour que les spectateurs votent pour eux à l’issue du débat.

Cette finale à Paris m’a aussi permis de faire des rencontres incroyables : je me suis non seulement faite des amis venant du monde entier (de Washington à Shanghai en passant par Kinshasa et Vienne), mais nous avons aussi été assistés dans nos débats par Mmes Gevrise Émane et Amélie Le Fur et M. Mickaël Jeremiasz, tous médaillés aux JO.
La Finale mondiale était aussi une occasion unique de transmettre aux comités internationaux olympique (CIO) et paralympique (IPC)  la vision des jeunes de l’olympisme, ainsi que les préconisations écrites pour améliorer les futurs (nous l’espérons) JO de Paris 2024. De chaque joute ont été dégagées des idées phares et des solutions aux problèmes tels que la discrimination ou l’inégalité face à l’accès aux infrastructures nécessaires à la pratique du sport. Ces idées ont ensuite formé une lettre qui sera transmise au CIO et IPC.
Cette expérience à été profondément enrichissante, car cela a permis un grand échange entre les élèves du monde entier, et l’échange est capital pour faire avancer le monde.

 

Rédaction : Alexandra Mac-Farlane

Relecture éditoriale : Proviseur adjoint

 


S'inscrire

Message